Réservez votre consultation gratuite dès maintenant !

Soumettre
Consultation gratuite Bulletin d'information Dernières nouvelles

Que recherchez-vous ? Search

Rechercher par mots-clés

Section

Catégorie

Expert

Éducation

Éducation

LA JEUNESSE LIBANAISE MÈNE LA MARCHE : LA REMARQUABLE HISTOIRE DE HADI ATWI

Mercredi, 23 Mai 2018
Auteur: Haya Yayha Expert: Hadi Atwi Traduction: Julien Ricour-Brasseur

Quelle source d’inspiration que de rencontrer un adolescent qui, à l’aube de sa première année d’université, travaille déjà avec acharnement dans l’espoir d’améliorer l’environnement dans lequel il vit et, cela va sans dire, celui de ses paires. etcetera a rencontré Hadi Atwi, un jeune homme ayant entamé des études universitaires d’ingénierie informatique. Pourtant, il possède déjà sa propre start-up technologique, FoodConnect, cherchant à mettre fin au gaspillage de nourriture au Liban.

Démarrage 

L’informatique n’a pas toujours été dans la ligne de mire d’Hadi. « J’allais entreprendre d’autres études », dit-il. « Je considérais réellement l’agriculture ou une autre industrie en lien avec ma start-up ». Toutefois, il possédait déjà une connaissance du milieu. « La programmation m’intéressait et, en réalité, l’ensemble du monde de la technologie et de son évolution. Je connaissais un langage de programmation : JavaScript », raconte Hadi. « L’été passé, j’ai vu que Teens Who Code faisait un camp d’été au Beirut Digital District et je m’y suis inscrit ».  

 Ce camp l’a convaincu qu’il appartenait au monde de la technologie. « C’était tellement intéressant ! Nous avons étudié la robotique et nous avons appris à faire des jeux vidéo avec C#. Nous suivions aussi un cours d’écriture créative que nous avons vraiment apprécié », décrit-il avec enthousiasme. « Mon cours préféré fut probablement celui que nous avons pris avec Cherpa, qui est une compagnie possédant une plateforme en ligne aidant des enfants à apprendre comment utiliser la robotique ». Apparemment, le cours eut beaucoup de succès. « Cherpa pense que, d’ici vingt ans, beaucoup de métiers emploieront des robots et ils essaient donc d’enseigner aux étudiants comment les manipuler », détaille Hadi. « Nous avons aussi travaillé avec quelque chose appelé Arduino, qui est une puce considérée comme le cerveau du robot. Il faut la programmer pour qu’elle te fournisse le code à écrire et qu’elle puisse bouger les mains d’un robot ou d’un moteur »

Les instructeurs étaient eux-mêmes des sources de motivation. « Ce qui était génial à propos des instructeurs, c’était qu’ils avaient déjà tous monté une start-up, qu’ils étaient jeunes et si impliqués dans le monde de la technologie que la classe était extatique ». Hadi est d’ailleurs resté en contact avec certains. « En réalité, le camp d’été ne s’est pas terminé lorsqu’il a pris fin », explique Hadi. « J’ai rencontré les instructeurs et je parle toujours à certains d’entre eux. Ils m’aident et me conseillent quand j’en ai besoin »

FoodConnect 

Après l’été, Hadi a tenté d’utiliser les compétences en programmation qu’il avait acquises au camp pour résoudre un problème urgent. « Des chercheurs ont découvert qu’il y avait beaucoup de gaspillage de nourriture au Liban », dénonce Hadi. « Dans le cadre de leur étude, ils ont raccordé des dispositifs technologiques aux poubelles de Beyrouth et de ses périphéries et ont découvert que 1200 tonnes de nourriture étaient gaspillées chaque jour dans cette région, alors qu’au même moment il existe un large nombre de personnes n’y ayant pas accès ».

Que faire ? « Ces deux derniers mois, j’ai travaillé sur une start-up, sous forme d’une plateforme internet, intitulée FoodConnect, dont le but est de faire des donations à certaines ONG », annonce Hadi. « Ce que nous essayons de faire est de fournir aux ONG concernées le surplus de nourriture et par là aussi d’en rappeler la valeur. Nous voulons créer une application qui associerait un don alimentaire à toute ONG pouvant gérer un certain type de nourriture pour une telle quantité et à un temps déterminé »

Le procédé pour créer une telle application est assez long et compliqué. « Il y a beaucoup de recherches à faire et un réseau de contacts à créer. Pour le moment, nous essayons nous-mêmes de connecter des détaillants alimentaires et des ONG liées à ce domaine pour mieux en apprendre la procédure et surtout les problèmes pouvant apparaître et ayant besoin d’être résolus », explique Hadi. « Ensuite, je dois leur trouver des solutions et les mettre en pratique dans l’application. C’est uniquement après cela que l’application peut en automatiser le processus suivi »

Il existe également d’autres challenges. « Un défi particulier auquel nous sommes confrontés dès maintenant est que nous n’ajoutons pas de plus-value à qui que ce soit, nous mettons seulement en contact deux individus entre eux », dit Hadi. « En termes de business, le détaillant préfèrerait jeter le surplus de nourriture car le procédé est trop prenant pour eux : des gens venant à des horaires fixes pour chercher les restes de nourriture, leur équipe occupée à préparer cela, etc. Le détaillant ne peut alors que penser : ‘Pourquoi tant de peine ? N’est-il pas plus simple de tout jeter ?’ ». FoodConnect doit donc les convaincre de s’engager avec eux. « Nous avons besoin de comprendre les motivations commerciales, pas seulement celles humanitaires », explique Hadi. « Aujourd’hui, nous cherchons un restaurant qui accepterait d’expérimenter cela avec nous ».  

Apprentissage non conventionnel 

En écoutant Hadi, il est facile d’oublier qu’il n’est en réalité qu’au début de son cycle universitaire. Pourtant, comme il s’avère, il ne s’est jamais trouvé dépendant du système scolaire pour acquérir les connaissances nécessaires sur ce domaine. « Je suis absolument pour les recherches et les cours en ligne », affirme Hadi. « Mon frère est aussi informaticien et il m’a dit de ne pas compter sur les cours d’informatique à l’école ou à l’université car, avec les ordinateurs, les choses changent très rapidement et les cours universitaires n’enseignent alors que les bases ou sont vite dépassés ». 

De plus, Internet fournit de larges ressources de pointe pour tous les amateurs. « Le matériel en ligne sera toujours mis à jour », nous informe Hadi. « Des sites comme Udemy, Udacity, Codecademy, CodeCollege ont tous de chouettes instructeurs et du bon matériel, et ils sont gratuits. Il y a même le cours complet d’Introduction à l’Informatique enseigné par un professeur d’Harvard sur YouTube ! C’est génial ! ». 

Selon Hadi, les ressources en ligne répondent également à différentes préférences d’apprentissage. « Si vous voulez juste apprendre de la syntaxe, Codecademy est le bon endroit », dit-il. « Mais si, comme moi, vous aimez apprendre en travaillant sur des projets, allez surfer sur Udacity ou CodeCollege. Sur ces pages du web, vous réalisez un projet entier, comme construire un site, et par là vous apprenez HTML, CSSet JavaScript ».

Bien sûr, même avec le matériel disponible, étudier un tel contenu demande une autodiscipline et de la persévérance. Quel conseil Hadi donne-t-il donc aux adolescents aspirant à produire un travail mémorable au sein du monde de la technologie ? « N’ayez pas de vie sociale ! », plaisante-t-il. « Ou plutôt, choisissez-en la bonne ! Entourez-vous de gens aimant le domaine de l’informatique et de gens y travaillant déjà. Aussi, commencez petit, avec par exemple trente minutes de codage par jour, et développez vos connaissances et votre réseau à partir de là ! ». 

Retour

Abonnez-vous à notre chaîne
YouTube

Youtube

Recevez nos conseils parentaux directement sur votre boîte mail

Mail